La révolution des métropoles globales

« Le rôle que joue une métropole dépend d’une multitude de facteurs. Il n’existe donc pas d’archétype de métropole globale, mais plutôt des métropoles globales qui se différencient les unes des autres en formant des réseaux urbains variés au sein desquels les villes qui comptent dans le monde interagissent. […]
Au-delà de leurs différences, les métropoles mondiales partagent toutefois certaines similitudes. D’une part, elles concentrent les activités stratégiques et les fonctions de décision, de maîtrise et de création de l’économie globalisée, notamment les services spécialisés de haut niveau, tels que la finance et les services aux entreprises. On y trouve tout ce qui permet l’élaboration, l’organisation, le financement et la maîtrise des opérations économiques complexes qu’exige la globalisation de l’économie. D’autre part les métropoles globales allient à ces fonctions économiques des connexions planétaires dont la variété et le nombre servent d’étalon pour mesurer leur puissance relative. Étroitement reliées les unes aux autres grâce aux technologies de l’information et de la communication et aux transports à grande vitesse, elles forment des réseaux de coordination à l’échelle mondiale, réseaux qui interagissent entre eux de manière quasi instantanée. Ces villes sont les centres de la coordination de l’économie globale. […] Nées des nombreux changements qui ont traversé nos sociétés depuis les années 1970, les métropoles globales sont la marque la plus éclatante de la nouvelle configuration spatiale des activités économiques à l’échelle du monde.
La « Révolution » de l’information et de la communication et l’émergence de la proximité virtuelle – qui permet tout en étant géographiquement éloigné et sans avoir besoin de se déplacer pour interagir, d’être proche de quelqu’un ou d’un service – constitue un bouleversement technologique de premier ordre. »

 

Lise BOURDEAU-LEPAGE, « Un monde polycentrique et métropolisé », in Questions internationales – les villes mondiales, n°60 (La Documentation française), mars-avril 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *