II. 2. Les territoires dans la mondialisation

  • I] NEW YORK EST UN PÔLE MAJEUR DE LA MONDIALISATION : C’EST UNE VILLE MONDIALE

    A) New York est une ville bien reliée au monde entier
    -Une métropole intégrée dans les réseaux mondiaux
    -Un hub aux échelles mondiale et continentale
    -De nombreuses infrastructures de transport expliquent cette hyperconnexion

    B) Un pôle mondial : New York est une métropole qui concentre des fonctions de commandement et qui organise la mondialisation
    -Des fonctions de commandement politique…
    -… mais aussi économique et financier
    -Une capitale culturelle mondiale

    C) La vocation mondiale de New York a tendance à accentuer les disparités socio-spatiales
    -Manhattan, l’hypercentre
    -New York est en fait un exemple-type de ville américaine
    -La présence de ghettos : le revers de la ville mondiale

     

    II] LES TERRITOIRES ET LES SOCIÉTÉS SONT INÉGALEMENT INTÉGRÉS DANS LA MONDIALISATION : PÔLES, ESPACES MAJEURS ET MARGES

    A) Plusieurs pôles dominent la mondialisation
    -La « nouvelle Triade » (Amérique du Nord, Union européenne et Asie orientale), centres d’impulsion de la mondialisation
    -La Triade est de plus en plus concurrencée par les pays émergents
    -Les métropoles sont au cœur de la mondialisation

    B) Certains espaces sont privilégiés par la mondialisation
    -La mondialisation a bouleversé les logiques de localisation des activités
    -Les interfaces mettent en relation les territoires
    -Les territoires marqués par des spécificités

    C) Les marges de la mondialisation : des territoires peu intégrés, de l’échelle mondiale à l’échelle locale
    -A l’échelle mondiale, plusieurs territoires sont peu ou mal insérés pour plusieurs raisons
    -A l’échelle nationale, certaines régions sont moins intégrées que d’autres à la mondialisation
    -A l’échelle locale, les territoires urbains sont inégalement insérés

     

    III] LES ESPACES MARITIMES SONT AUJOURD’HUI DES ESPACES GÉOSTRATÉGIQUES SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE, MILITAIRE ET GÉOPOLITIQUE

    A) Les espaces maritimes sont bel et bien des espaces majeurs de la mondialisation
    -80 à 90 % du commerce mondial se fait aujourd’hui par voie maritime
    -Les flux maritimes transitent par des points stratégiques : les seuils
    -Ces flux maritimes transforment les territoires littoraux : c’est la littoralisation

    B) Ces espaces maritimes sont stratégiques à plusieurs égards
    -Chaque État dispose d’une Zone économique exclusive (ZEE) de dimension variable
    -Ces espaces renferment des ressources
    -Ils sont un élément important de la puissance d’un État

    C) En conséquence, ces espaces maritimes sont convoités et sont à l’origine de tensions et de problèmes géopolitiques
    -Deux espaces disputés et stratégiques : l’océan Arctique et la mer de Chine
    -L’essor de la piraterie et des trafics
    -Les difficultés d’un droit de la mer

  • Antimonde :

    Ensemble des territoires concernés par des activités illégales et criminelles (mondialisation grise). Le géographe Roger BRUNET définit l’antimonde comme « la partie du monde mal connue et qui tient à la rester ».

    Bébés tigres (Tiger Cub Economies) :

    Il s’agit d’un groupe de cinq pays (Indonésie, Malaisie, Philippines, Thaïlande, Viet Nam) dont le développement économique s’est accéléré dans les années 1990 (en dépit de la crise financière de 1997-1998). Considérés comme des « nouveaux pays exportateurs » (NPE), ils ont bénéficié d’un accroissement d’investissements directs à l’étranger (IDE) à l’instar des « Quatre dragons » (on parle, dans les pays anglo-saxons, des « Tigres asiatiques » pour désigner la Corée du Sud, Hong Kong, Singapour et Taïwan).

    Conteneurisation :

    Processus de développement des échanges maritimes grâce à l’utilisation de conteneurs (support de transport développé à partir des années 1950, notamment sous l’égide de l’entrepreneur américain Malcolm McLEAN).

    Division internationale des processus productifs (DIPP) :

    Décomposition de la production d’un bien ou d’un service dans plusieurs pays, grâce à des filiales ou des sous-traitants de FTN. L’abaissement des barrières douanières, la diminution des coûts de transport et l’évolution technique a favorisé l’apparition d’un commerce international complexe de pièces et de composants mais aussi de centres d’assemblage que l’économiste français Bernard LASSUDRIE-DUCHÊNE a décrit dès le milieu des années 1980.

    Division internationale du travail (DIT) :

    Processus de spécialisation des pays dans certaines productions (textile, électronique) ou activités (assemblage, finance). Historiquement, la division internationale du travail consistait en l’échange de matières premières et de produits de base venant des pays pauvres contre des produits manufacturés venant des pays industriels à la recherche de débouchés. La « nouvelle » division internationale du travail (NDIT) est plus complexe : désormais, les pays occidentaux, devenus de gros producteurs agricoles, achètent des produits manufacturés de consommation courante au pays en développement et vendent des produits incorporant de nouvelles technologies.

    Dragons asiatiques (Four Asian Tiger/Four Little Dragons) :

    Territoires asiatiques qui ont connu un décollage économique rapide à la fin des années 1960 pour atteindre, depuis les années 2000, un niveau de développement très proche des pays du Nord. On dénombre généralement quatre « dragons » (on parle de « tigres » dans le monde anglo-saxon) : Hong Kong, Singapour, Taïwan et la Corée du Sud.

    Économie extravertie :

    Économie dont une grande part des activités est destinée à l’exportation.

    Economie informelle/souterraine :

    Activités économiques qui échappent à la fiscalité de l’État (trafic de drogue, recels, trocs, etc.) et qui ne sont pas recensées dans les statistiques officielles.

    Enclavement :

    État d’un pays qui n’a pas accès à la mer.

    État :

    Ensemble territorial, délimité géographiquement par des frontières, dans lequel vit une population et qui est administré par un gouvernement politique exerçant ses compétences et son autorité en toute indépendance.

    Firme transnationale (FTN) :

    Pour l’ONU (1973), il s’agit de toute firme réalisant un chiffre d’affaires d’au moins 500 millions de dollars et dont les activités de décision, de production et de distribution sont implantées dans au moins 6 pays différents.

    Contrairement à la terminologie utilisée précédemment (multinationale, firme multinationale), l’expression « firme transnationale » insiste sur le fait que les entreprises considérées ne se contentent pas d’être présentes dans plusieurs pays, elles passent à travers les frontières pour optimiser les bénéfices de leurs activités.

    Flux :

    Circulation de personnes, de biens, de capitaux, d’informations à des échelles plus ou moins importantes. On distingue des flux matériels (marchandises de tout type) et des flux immatériels (idées, flux financiers).

    Hub :

    Ce terme anglo-saxon est emprunté au champ lexical de la mécanique. Un hub est un moyeu, c’est-à-dire le centre d’une roue. Appliqué à la logistique, le hub est en fait le nœud et le pivot d’un système de transport, une plateforme de correspondance. Le hub aérien ou le hub maritime constituent des aéroports ou des ports sélectionnés par des compagnies de transport pour des raisons variables (position géographique, qualité des infrastructures, etc.) pour redistribuer (feedering) marchandises et/ou passagers vers des aéroports/ports secondaires.

    Interface :

    Zone de contact qui met en relation (via des flux) deux espaces de nature différente (frontière, littoral…). L’interface suppose le passage, la circulation, le contact : une frontière totalement fermée n’est pas une interface.

    Investissement direct à l’étranger (IDE) :

    Sommes d’argent investies par des entreprises étrangères sur un territoire.

    Libre-échange :

    Libre circulation des biens et des services entre les pays grâce à l’abolition de toutes les restrictions auparavant mises en place par les États (droits de douane, quotas, normes, etc.).

    Lions africains :

    Pays émergents africains dont le poids économique et le dynamisme sont particulièrement importants. La composition de ce groupe est très variable : on y inclut généralement l’Afrique du Sud, le Nigéria et l’Égypte (soit les trois premiers PIB du continent), ainsi que le Maroc et l’Algérie et, plus récemment, le Ghana, le Kenya et l’Angola.

    Ce nom suit la lignée animalière lancée par les dragons et tigres asiatiques. Il a été proposé par plusieurs universitaires et institutions africains comme le camerounais Acha LEKE et le cabinet McKinsey de Lagos (Nigéria).

    Mégalopole :

    Vaste région urbanisée (on parle de « conurbation ») composée de plusieurs métropoles hiérarchisées et interconnectées ; cette région s’étend sur plusieurs centaines de kilomètres

    Le terme a été forgé par le géographe français Jean GOTTMANN dans son livre Megalopolis, The Urbanized Northeastern Seaboard of the United States (1961) pour caractériser la vaste conurbation du nord-est des États-Unis allant de Boston à Washington. Il considérait celle-ci comme une nouvelle Rome : « [La Mégalopolis] fait un peu figure à l’époque présente de ce que fut la Rome impériale du monde antique. L’Atlantique semble être la Mare Nostrum de cette nouvelle Mégalopolis aux dimensions extraordinaires » (p. 175).

    La mégalopole japonaise s’étend sur 1 500 km le long de la façade orientale du Japon, de Sendai au nord à Kumamoto au sud. Englobant de grandes métropoles (Tokyo, Osaka…), elle concentre… habitants.

    Mégapole (megacity) :

    Il s’agit d’une métropole de très grande dimension, dont le nombre d’habitants (seuil fixé par l’ONU) est supérieur à 10 millions d’habitants. La majeure partie des mégapoles se trouvent en Asie.

    Métropole :

    Littéralement « ville-mère ». Les métropoles sont des grandes villes qui possèdent un rayonnement et un fort pouvoir de commandement en raison du fait qu’elles concentrent des fonctions économiques, politiques et de décision. La métropole anime et un système urbain plus ou moins complexe à la hiérarchisation emboîtée (domination territoriale à plusieurs échelles). Il n’y a pas de seuil reconnu à partir duquel on qualifie une ville de métropole même si le cap du million d’habitants est souvent évoqué.

    Métropolisation :

    Processus de concentration des populations, mais aussi des activités économiques, des richesses, des fonctions de commandement, dans les métropoles.

    Mondialisation :

    Processus d’accroissement des échanges à l’échelle planétaire favorisant la mise en relation de territoires plus ou moins éloignés.

    Le géographe Laurent CARROUE la définit comme le processus historique d’extension progressive du système capitaliste dans l’espace géographique mondial » (2002), tandis que le géohistorien Christian GRATALOUP la voit comme « un processus de généralisation des échanges entre les différentes parties de l’humanité, entre les différents lieux de la planète produisant ainsi un niveau de société pertinent à l’échelle de l’ensemble des hommes : le monde » (2010).

    Pays émergent :

    Pays en développement dont la croissance économique, rapide, s’appuie sur une industrialisation ciblée et une bonne intégration dans les échanges mondiaux.

    Antoine VAN AGTMAEL, économiste néerlandais à la Société financière internationale (filiale de la Banque mondiale), est le premier à utiliser l’expression « émergents » en 1981, au sujet de pays en voie de développement offrant des opportunités pour les investisseurs (« marché émergent »). Pour autant, en raison de la diversité des critères pris en compte et de la nature critiquable de tout classement exhaustive, il n’existe aucune liste « officielle » des pays émergents. Certains « émergents » des années 1990 ont « émergé pour de bon » (Hubert VEDRINE). Des sous-groupes plus ou moins officieux ont également pu être constitués : BRICS, Bébés tigres, Jaguars sud-américains, etc.

    Pays les moins avancés (PMA) :

    États cumulant tous les critères du mal-développement : faible espérance de vie, grande pauvreté, systèmes éducatifs et sanitaires déficients…

    L’ONU, qui les considère comme « le maillon le plus faible et le plus pauvre » de la communauté´ internationale, a créé cette classification (Least Developed Countries en anglais) en 1971. 21 États avaient ce statut à cette date, ils sont 47 de nos jours (dont 33 en Afrique). Les États en question peuvent accepter ou non d’être inclus dans un tel groupe (ce qui peut expliquer que des pays tels que le Zimbabwe, la Bolivie ou la Corée du Nord n’en fassent pas partie). En cas d’accord, ils bénéficient de préférences commerciales, d’aides publiques au développement, d’un allègement de la dette ou encore d’une assistance technique.

    Protectionnisme :

    Politique d’un État visant à limiter les importations pour protéger le marché national de la concurrence étrangère.

    Réseau :

    Ensemble de pôles (on parle aussi de « nœuds ») reliés entre eux de façon plus ou moins intense par des infrastructures de transport. Comme pour les flux, il existe donc des réseaux matériels (réseau aérien, réseau routier, etc.) et des réseaux immatériels (réseau téléphonique, réseau Internet, etc.).

    Triade :

    La Triade désigne les trois pôles qui dominent et organisent l’économie mondiale contemporaine. Circonscrits aux États-Unis, à l’Europe occidentale et au Japon dans les années 1980, ces trois pôles couvrent aujourd’hui des espaces plus vastes : Amérique du Nord (Canada, États-Unis, Mexique), Union européenne et Asie orientale (Corée du Sud, Chine, Japon, Taïwan).

    Le concept a été inventé en 1985 par l’économiste japonais Kenichi OHMAE. Dans son ouvrage Triad Power: The Coming Shape of Global Competition, il affirmait que toute grande entreprise multinationale doit passer à la « dimension triadique », c’est-à-dire s’implanter prioritairement dans ces trois aires géographiques afin de devenir une firme globale.

    Certains, comme Christian GRATALOUP, préfèrent le terme de « diade », considérant que l’Europe et l’Amérique du Nord constituent historiquement et culturellement le même pôle.

    Zone économique exclusive (ZEE) :

    Bande de mer ou d’océan située entre les eaux territoriales et les eaux internationales, sur laquelle un État riverain (parfois plusieurs États dans le cas d’accords de gestion partagée) dispose de l’exclusivité d’exploitation des ressources (aussi bien dans l’eau que dans le sol et le sous-sol marin/océanique).

    C’est la Convention de Montego Bay (10 décembre 1982), adoptée durant la troisième conférence de l’ONU sur le droit de la mer, qui a encadré la ZEE. Elle est définie comme une bande limitée par la ligne des 200 milles nautiques (370 km) à partir de la ligne de base en l’absence d’autre rivage. Si le rivage le plus proche est à moins de 200 milles nautiques, on trace en principe la frontière à mi-distance des lignes de base des deux pays riverains. Ce sont les États-Unis qui possèdent la plus vaste ZEE du monde (11,3 millions de km²) devant la France (10,2 millions de km² dont 97% outre-mer), l’Australie, la Russie et le Royaume-Uni.

  • Aucune publication trouvée.
  • "La place financière de Londres [...] devient la première place financière mondiale à la fin du XIXe siècle  en  lien  systémique  avec  un  Empire  victorien « sur  lequel  le  soleil  ...
    Lire la suite
    "Dans  un  monde  peuplé  de  7  milliards  d'habitants, 1  milliard  sont  en  situation  de  mobilité,  qu'il s'agisse  de  migrations  internes  (75 %  des  cas)  ou  internationales  (25  %).  Ces  dernières  ...
    Lire la suite
    "Au début des années 1990, avec l'accession au pouvoir central de ses anciens maires JIANG Zemin et ZHU Rongji, Shanghai bénéficie de la volonté du gouvernement de reprendre la main ...
    Lire la suite
    "Malgré la crise, le Square Mile* reste le cœur économique du Royaume-Uni et l’une des premières places boursières du monde. Si la City compte 11 500 habitants en 2009, elle ...
    Lire la suite
    "New York peut trembler. Dès 2020, si l'on en croit les autorités locales, Shanghai sera le plus grand port du monde, la première place financière, le cœur d'un réseau de ...
    Lire la suite
    "Capitale du Royaume-Uni et ancienne capitale impériale, Londres figure aux premiers rangs des îles à vocation de commandement mondial, rôle qu’elle esquissait dès le 18e siècle [...]. Depuis les années ...
    Lire la suite
    "La mer de Chine du Sud a été de nouveau le théâtre d'affrontements entre pêcheurs philippins et garde-côtes chinois. Ces derniers surveillent l'espace que Pékin revendique comme étant sa propriété ...
    Lire la suite
    "Le rôle que joue une métropole dépend d’une multitude de facteurs. Il n’existe donc pas d’archétype de métropole globale, mais plutôt des métropoles globales qui se différencient les unes des ...
    Lire la suite
    "Les armateurs de la marine marchande sablent le champagne. L'Egypte inaugure ce jeudi un nouveau canal de Suez, supprimant un inconvénient majeur du canal historique, une largeur devenue insuffisante du ...
    Lire la suite
    "La présence de Renault au Maroc ne date pas d’hier. À Casablanca, le fabricant français possède déjà avec la Somaca un site d’assemblage dont il contrôle 81 % du capital. Les ...
    Lire la suite
  • TOUT VOIR

    Ports et corridors de transport en Afrique

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 55

    Tokyo, une organisation urbaine marquée par le polycentrisme


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 128.

    Tokyo face aux enjeux d’un développement urbain durable


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 130.

    Tokyo, centre décisionnel et attractif majeur


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 126.

    New York, une croissance spatiale multipolaire


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 120.

    Spécialisation et rayonnement de New York à l’échelle mondiale


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 119.

    New York, centre décisionnel et attractif majeur


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 118.

    L’océan Indien, un espace de plus en plus stratégique


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 143.

    Loading...

    NEW YORK, UNE VILLE MONDIALE

    New York, une croissance spatiale multipolaire


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 120.

    Spécialisation et rayonnement de New York à l’échelle mondiale


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 119.

    New York, centre décisionnel et attractif majeur


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 118.

    Les défis de la ville mondiale new-yorkaise


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 122.

    Les disparités socio-spatiales à New York


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 121.

    La mégalopole nord-américaine


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 120.

    Plus de 60 000 SDF à New York


    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 121.

    New York, une ville mondiale en croissance


    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 116.

    Loading...

    D’AUTRES VILLES MONDIALES

    Tokyo, une organisation urbaine marquée par le polycentrisme


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 128.

    Tokyo face aux enjeux d’un développement urbain durable


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 130.

    Tokyo, centre décisionnel et attractif majeur


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 126.

    L’archipel des villes mondiales


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 135.

    L’INÉGALE INTÉGRATION DES TERRITOIRES DANS LA MONDIALISATION

    L’océan Indien, un espace de plus en plus stratégique


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 143.

    Les dynamiques d’intégration des territoires dans la mondialisation


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 134.

    L’archipel des villes mondiales


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 135.

    La compétition aéroportuaire mondiale


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 135.

    Les dépenses en recherche et développement dans le monde en 2015


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 137.

    Le marché mondial des déchets électriques et électroniques


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 160.

    Loading...

    LES ESPACES MARITIMES

    Ports et corridors de transport en Afrique

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 55

    L’océan Indien, un espace de plus en plus stratégique


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 143.

    Les espaces maritimes au cœur de la mondialisation


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 136.

    Le défi de la gestion durable des espaces maritimes


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 137.

    Le contrôle des espaces maritimes


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 137.

    Le canal de Suez en 2015, un seuil stratégique


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 135.

    La Méditerranée orientale, un espace géostratégique


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 143.

    Loading...

  • Unir la population vietnamienne derrière la revendication des îles Paracels et Spratleys


    Affiche diffusée à de nombreuses reprises depuis 2008 par le gouvernement vietnamien. Le bandeau inférieur contient des phrases en vietnamien (« Les archipels Truong Sa [Spratleys] et Hoang Sa [Paracels] appartiennent à la République Socialiste du Vietnam ») et en anglais (« Les îles Paracels et les îles Spratleys du Vietnam »). Les chiffres indiqués correspondent aux coordonnées géographiques (latitude et longitude) des archipels revendiqués.

    Les transports à New York, une gouvernance complexe


    Géographie Term ES/L, Hachette, 2016, p. 122.

    La population étrangère de New York en 2015


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 119.

    La délimitation des espaces maritimes selon le droit de la mer


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 143.

    La croissance des grands ports mondiaux 2004-2013


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 145.

    L’évolution démographique de New York et son agglomération


    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 116.

    Les principaux pays de pêche maritime en 2012


    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 143.

    Loading...
  • TOUT VOIR

    L’Irlande, le pays des impôts faibles (13 mai 2019)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 13 mai 2019

    L’Ouzbékistan sur la voie du tourisme (29 avril 2019)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 29 avril 2019

    Venezuela : ces riches qui ne connaissent pas la crise (4 mai 2019)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 4 mai 2019

    La Birmanie s’ouvre au tourisme (15 février 2019)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 15 février 2019

    La Chine à la conquête des ports italiens (21 mars 2019)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 21 mars 2019

    Concurrence pour le tourisme au Moyen-Orient (29 décembre 2018)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 29 décembre 2019

    Le business de la fleur aux Pays-Bas (18 avril 2019)

    Journal télévisé de 20h, TF1, 18 avril 2019

    Loading...

    DOCUMENTAIRES

    Aucune publication trouvée.

    INTERVIEWS

    Aucune publication trouvée.

    PRODUCTION WEB

    REPORTAGES TV

    L’Irlande, le pays des impôts faibles (13 mai 2019)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 13 mai 2019

    L’Ouzbékistan sur la voie du tourisme (29 avril 2019)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 29 avril 2019

    Venezuela : ces riches qui ne connaissent pas la crise (4 mai 2019)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 4 mai 2019

    La Birmanie s’ouvre au tourisme (15 février 2019)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 15 février 2019

    La Chine à la conquête des ports italiens (21 mars 2019)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 21 mars 2019

    Concurrence pour le tourisme au Moyen-Orient (29 décembre 2018)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 29 décembre 2019

    Le business de la fleur aux Pays-Bas (18 avril 2019)

    Journal télévisé de 20h, TF1, 18 avril 2019


  • A venir…