Le porte-conteneurs Andromeda, un mastodonte au centre du dispositif en hub de la CMA CGM (2009)

« L’Andromeda est un navire symbolique. C’est le plus grand du groupe maritime français, le nouvel emblème de l’offre de la compagnie sur les lignes Asie-Europe, mais aussi le premier à intégrer certaines avancées techniques en matière de respect de l’environnement. Affecté sur le service FAL 1 entre l’Asie et l’Europe, ce mastodonte mesure 363 mètres de long, 45,6 mètres de large et affiche un port en lourd de 128 760 tonnes. […]

Ainsi, arrivent désormais d’Asie le gros des appareils d’électroménager, d’électronique, ainsi que les produits textiles ou encore l’ameublement. Lorsqu’ils viennent de l’Est, les porte-conteneurs sont pleins mais, lorsqu’ils en repartent, la moitié des boites sont vides, l’Europe exportant de moins en moins vers les pays asiatiques. Ainsi, au départ du vieux continent, on trouve surtout des biens à faible valeur ajoutée, comme de la ferraille ou de la poudre de lait. Mais il y a aussi des équipements lourds. Sous les panneaux de cale, positionnés sur des flat tracks (planchers), ont été par exemple transportées les rames de métros de Shanghai et Singapour. […]

Le CMA CGM Andromeda est exploité sur le service French Asia Line 1. En tout, cette ligne hebdomadaire aligne 10 navires de 8500 à 11 400 EVP*. Elle dessert en tout 18 ports entre l’Europe du Nord et l’Asie, notamment les trois principales zones d’exportation chinoises : Xingang et Dalian au Nord, Shanghai au Centre et Yantian au Sud. […] Le CMA CGM Andromeda est le premier d’une nouvelle série de 12 navires de 11 400 EVP qui porteront tous des noms de constellations. Musca, Libra, Centaurus, Gemini, Aquila… Ces bateaux, qui seront livrés à la compagnie en 2009 et 2010, sont réalisés par Hyundai à Ulsan, en Corée du Sud. Ce chantier est l’un des plus importants du monde. Pas moins de 30 000 personnes y travaillent pour produire une cinquantaine de navires par an. Ulsan est aussi un site totalement intégré, qui ne se contente pas d’assembler des coques. Hyundai y réalise tous les éléments du navire, de la découpe de tôles à la fonte des hélices, en passant par la réalisation sous licence des moteurs de propulsion. En un peu plus d’un an, en plus de ses autres clients, l’industriel sud-coréen achèvera donc 12 mastodontes pour CMA CGM. Ces navires viendront s’ajouter à 4 autres unités, légèrement différentes mais de capacité comparable (11 000 EVP), commandées à son compatriote Daewoo. […]

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’un navire comme le CMA CGM Andromeda n’est qu’un maillon d’une importante chaîne logistique. Dans chaque port, des boites sont embarquées et déchargées. Nombre d’entre elles repartiront sur un autre bateau, pour une destination non couverte par la ligne. Ainsi, au Havre, certains conteneurs seront rembarqués sur les navires du type PCRP**, qui desservent les Antilles. D’autres iront, à quelques centaines de mètres de là, sur le porte-conteneurs de Delmas, qui partira bientôt pour l’Afrique. C’est le concept des hubs, avec des lignes principales pour les grandes routes et des services secondaires pour les marchés moins importants, auxquels s’ajoutent les lignes feeder, avec de petits porte-conteneurs effectuant du cabotage entre les ports. »

*EVP : équivalent vingt pieds ; il s’agit de l’unité de mesure traditionnelle des conteneurs.

**PCRP : porte-conteurs réfrigéré polyvalent.

Vincent GROIZELEAU, « Le porte-conteneurs CMA CGM Andromeda et les lignes Asie – Europe », meretmarine.com, 30 avril 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *