La cause féministe aux élections législatives de 1978

Gisèle HALIMI est avocate et féministe. Elle est fondatrice de l’association « Choisir la cause des femmes » avec Simone DE BEAUVOIR en 1971.

 

« En 1978, j’entraînai « Choisir » dans les élections législatives purement féministes. En dehors de tous les partis que nous jugions nuls ou insuffisants pour les droits des femmes, nous présentâmes « 100 femmes pour les femmes ». Délicieux souvenirs de meetings aux salles combles, de discours émouvants de nos candidates novices (beaucoup s’exprimaient pour la première fois en public), du succès particulier auprès des médias étrangers.

Notre programme commun des femmes, publié comme soutien à notre campagne, fourmillait de propositions féministes concrètes. Je me souviens, surtout, de cette solidarité si forte et si gaie qui nous souda toutes dans cette campagne peu commune. Nous créâmes des élections d’un « genre » – dans tous les sens du mot – nouveau, singulier.

Combattues par la droite (l’avortement, la libération des femmes) et par la gauche (nous la mettions, disaient nos chefs, en danger), nous fûmes isolées.

Notre aventure se solda par un échec électoral, mais nous enrichit prodigieusement. Nous avions osé, nous avions dit aux femmes d’oser. Rejetée, l’indifférence des partis. Sanctionnée, l’ignorance de la cause des femmes. Les féministes avaient levé l’étendard et parlé. Les professionnels de la politique enregistraient, dans tous les cas, une défaite. Nous avions refusé la résignation et le silence. »

 

Gisèle HALIMI, Ne vous résignez jamais, Plon, 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *