III. 2. L’Afrique : les défis du développement

  • I] LE SAHARA, UN ESPACE DÉSERTIQUE RICHE EN RESSOURCES ET AU CŒUR DE CONFLITS

    A) Un espace de fortes contraintes mais disposant de nombreuses ressources
    -Le plus grand désert du monde
    -Des ressources énergétiques abondantes et variées
    -Une mise en valeur complexe des ressources

    B) Un espace géopolitique « fractionné »
    -Un milieu partagé par des États inégalement développés
    -Une région instable : un facteur colonial ?
    -Un espace au cœur des tensions et des urgences internationales

    C) Le Sahara est aujourd’hui un espace très convoité
    -Divers conflits liés directement ou indirectement aux ressources
    -Des ressources convoitées par les FTN et les puissances mondiales
    -Un espace de trafics de dimension internationale

     

    II] LE CONTINENT AFRICAIN FACE AU DÉVELOPPEMENT ET À LA MONDIALISATION

    A) Le développement, un défi majeur pour l’Afrique
    -PIB, IDH, espérance de vie… : des indicateurs souvent bas
    -Des progrès récents mais inégaux
    -Des obstacles nombreux pour un développement durable de l’Afrique

    B) Un continent en marge dans la mondialisation ?
    -Des économies extraverties : un continent aux ressources convoitées
    -Un continent en transition : une connexion de plus en plus forte à l’extérieur
    -Mais il existe en fait des « Afriques », entre intégration et marginalisation

    C) L’Afrique, un acteur de la géopolitique mondiale
    -Un continent sous perfusion étrangère ?
    -Une transition difficile vers la démocratie
    -Un espace de conflits à toutes les échelles

  • Afrique subsaharienne :

    Ensemble des pays africains situés au sud du Sahara (soit le continent africain moins le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et l’Égypte). Cet espace, considéré comme un tout statistique par les instances de l’ONU, a longtemps été appelé « Afrique noire ».

    Antimonde :

    Ensemble des territoires concernés par des activités illégales et criminelles (mondialisation grise). Le géographe Roger BRUNET définit l’antimonde comme « la partie du monde mal connue et qui tient à la rester ».

    Apartheid :

    Politique de ségrégation raciale appliquée en Afrique du Sud du début des années 1950 à 1991, mais aussi en Namibie (administrée par les Sud-Africains jusque 1979). Le terme est issu de l’afrikaans (langue dérivée du néerlandais) et signifie « séparation ».

    Brain Drain (fuite des « cerveaux ») :

    Flux migratoires d’individus diplômés. En Afrique, la part des personnes qualifiées quittant leur pays est généralement forte : 17 % au Maroc, 67 % au Cap-Vert.

    Chinafrique/Françafrique/Indafrique :

    Néologismes utilisés pour définir l’influence jugée abusive de la part de la Chine, de la France ou de l’Inde en Afrique, aussi bien sur le plan géopolitique qu’économique ou culturel. On assimile parfois un tel interventionnisme à du néo-colonialisme.

    Coefficient de Gini :

    Indicateur qui mesure l’ampleur des inégalités de revenus dans un pays. Ce coefficient, mis au point par le statisticien italien Corrado GINI en 1912 (article « Variabilità e mutabilità »), est exprimé par une donnée comprise entre 0 (égalité parfaite : tous les revenus sont identiques) et 1 (inégalité absolue : une seule personne reçoit la totalité des revenus).

    Conflit :

    Un conflit est une contestation plus ou moins violente opposant deux parties (groupes organisés, États, groupes d’États) déterminées à défendre leurs intérêts et à atteindre leurs objectifs. Les conflits ne se limitent pas aux seules oppositions entre États (conflits inter-étatiques), ils incluent également les conflits intra-étatiques (guerres civiles) et ceux qui confrontent un Etat à des acteurs non-étatiques (réseaux terroristes par exemple). Les conflits ont pour enjeu la déstabilisation d’un territoire et/ou le contrôle de celui-ci pour des motifs idéologiques (extrémisme religieux), économiques (ressources convoitées), religieux, ethniques, etc. La guerre est l’aboutissement le plus violent d’un conflit.

    Corridor de développement :

    Il s’agit d’une voie de transit au régime administratif particulier facilitant le passage des marchandises lorsque les conditions géopolitiques sont défavorables et/ou lorsque les territoires sont enclavés. Les corridors de transport sont des outils indispensables à l’ouverture des économies de certains pays enclavés, en développement, en particulier en Afrique subsaharienne (corridor Johannesburg-port de Maputo par exemple).
    On parle de « corridor de développement » pour désigner un territoire où se concentrent des activités industrielles et technologiques, le long d’une autoroute, d’une voie ferrée ou d’une voie navigable.

    Désert :

    Au sens premier et strict, le terme « désert » (provenant du latin « desertus » : abandonné) qualifie des espaces dont l’homme est absent (haute montagne, forêt tropicale, etc.). Dans un sens physique ou « biologique », le désert est assimilé à un espace aride ou chaud auquel on attache à un ensemble de représentations (chaleur, absence de précipitations, dunes, etc.).
    Il existe plusieurs types de déserts arides, dont les déserts polaires (ou de haute latitude, comme le Groenland), l’aridité se manifestant par de très faibles précipitations. Les déserts absolus (absence totale et permanente de précipitations) n’existent pas. On distingue les déserts vrais (marqués par une hyperaridité – précipitations de l’ordre de 10 à 50 mm par an – et par un indice xérothermique – nombre de jours secs par an – de plus de 350) et les semi-déserts (dans lesquels l’aridité est moins extrême). Les déserts sont en outre bordés par des régions semi-arides dans lesquelles une courte saison humide apparaît (150 à 300 mm de précipitations par an) ainsi que des formes de vies végétale et animale plus conséquentes. C’est par exemple le cas du Sahel (qui signifie littéralement « rivage du désert ») qui borde le Sahara.
    Les déserts arides de la zone intertropicale correspondent dans l’imaginaire commun à de grandes plaines de sables et de dunes (les « ergs »). Or, si ces étendues existent sous différentes formes (il existe des dunes d’abri ou des dunes libres et mouvantes : les barkhanes), elles occupent souvent une superficie moindre par rapport à d’autres types de sols et de paysages, comme les regs (déserts de pierre). Par ailleurs, si le couvert végétal est réduit (le plus souvent à une maigre steppe, parfois arborée), cela ne veut pas dire qu’il est absent.

    Développement :

    C’est la combinaison d’un accroissement de la richesse (donnée quantitative) et d’une amélioration des conditions de vie (qualitatif) au sein d’un espace déterminé (généralement un Etat pour lequel on calcule le PIB ou l’IDH). Le développement est le processus qui marque le passage d’une économie agricole et d’une société rurale, où la pauvreté est très importante, à une économie urbaine et une société citadine où la pauvreté est réduite. La production plus abondante et plus diversifiée de biens, l’apparition de nouveaux services, l’accroissement des échanges permettent l’amélioration générale des conditions de vie de la population et s’accompagnent généralement de la démocratie.
    Le concept de développement humain, introduit dans les années 1980, à l’heure de la dérégulation et de la libéralisation des marchés, relève d’une prise de conscience par les instances internationales d’une certaine négligence de la dimension humaine des progrès économiques.

    Économie de rente :

    Forte dépendance économique d’un territoire à une ou plusieurs ressources naturelles (pétrole ou or par exemple). Celle(s)-ci concentre(nt) alors la majeure partie des investissements et expose le pays ou la région aux fluctuations des cours des matières premières (on parle de « malédiction de la rente »).

    Économie extravertie :

    Économie dont une grande part des activités est destinée à l’exportation.

    Économie informelle/souterraine :

    Activités économiques qui échappent à la fiscalité de l’État (trafic de drogue, recels, trocs, etc.) et qui ne sont pas recensées dans les statistiques officielles.

    Effet Boserup :

    Théorie opposée au malthusianisme (thèses du pasteur britannique du XVIIIe siècle Thomas MALTHUS considérant la croissance démographique comme un frein et un danger du fait des pressions sur les ressources) qui estime que la croissance démographique peut être un facteur de croissance économique dans la mesure où la nécessité de produire, de satisfaire les besoins d’une population croissante, peut stimuler la croissance économique. C’est ce qu’avançait l’économiste danoise Ester BOSERUP dans les années 1960.

    Enclavement :

    État d’un pays qui n’a pas accès à la mer.

    État failli/défaillant :

    État qui ne contrôle pas son territoire (celui-ci est ainsi composé d’innombrables « zones grises ») et ne peut assurer la sécurité publique ou la pérennité des activités. La Somalie en est un bon exemple.

    Ethnie (groupe ethnique) :

    Société humaine réputée homogène, fondée sur la conviction de partager une même origine et sur une communauté effective de langue et de culture. Les ethnies sont des identités collectives qui se superposent à celles liées aux États-nations. Elles peuvent rassembler des millions de personnes sur plusieurs pays ou, parfois, plusieurs centaines. Les plus grandes ethnies ont tendance à former des sous-groupes (historiquement nommés « tribus »), qui avec le temps peuvent à leur tour se séparer en groupes ethniques distincts.

    Exode rural :

    Migration importante et définitive des populations des campagnes vers les villes.

    Firme transnationale (FTN) :

    Pour l’ONU (1973), il s’agit de toute firme réalisant un chiffre d’affaires d’au moins 500 millions de dollars et dont les activités de décision, de production et de distribution sont implantées dans au moins 6 pays différents.
    Contrairement à la terminologie utilisée précédemment (multinationale, firme multinationale), l’expression « firme transnationale » insiste sur le fait que les entreprises considérées ne se contentent pas d’être présentes dans plusieurs pays, elles passent à travers les frontières pour optimiser les bénéfices de leurs activités.

    Flux :

    Circulation de personnes, de biens, de capitaux, d’informations à des échelles plus ou moins importantes. On distingue des flux matériels (marchandises de tout type) et des flux immatériels (idées, flux financiers).

    Frontière :

    Limite administrative et juridique séparant deux États qui exercent chacun leur souveraineté sur un territoire. Son tracé, souvent le produit de l’histoire et des spécificités du milieu (montagne, fleuve…), résulte généralement d’un accord entre les deux États, dans le cadre de relations diplomatiques normalisées (accord bipartite) ou d’une guerre (armistice). Cette limite est souvent nette, bien matérialisée dans l’espace (par exemple par des postes frontières, voire des barbelés).
    La frontière représente une rupture souvent franche entre deux modes d’organisation de l’espace, entre des réseaux de communication, entre des sociétés souvent différentes et parfois antagonistes. Elle a donc une forte implication géographique dans la mesure où elle marque une discontinuité spatiale (rupture dans l’espace).

    IDH (Indicateur de développement humain) :

    Indicateur statistique destiné à mesure le développement au sein d’un espace. Il prend en compte trois variables à l’importance ensuite pondérée : le PIB par habitant (marqueur de richesse), le taux d’alphabétisation et de scolarisation (indiquant la situation de l’éducation) et l’espérance de vie à la naissance (révélant les performances du système de santé).
    Dans l’optique de mener des « politiques de développement », les institutions onusiennes cherchèrent dès les années 1980 à se doter d’un indicateur statistique fiable, permettant de cibler les inégalités de développement, comme le produit intérieur brut (PIB, mis au point dans l’entre-deux-guerres par l’Américain Simon KUZNETS conjointement à l’édification des comptabilités nationales) précisait les inégalités de richesse. En 1990, l’économiste pakistanais Mahbub UL HAQ, responsable des rapports annuels du PNUD, réunit un groupe de chercheurs pour construire un indicateur de développement humain (IDH). L’entreprise vise surtout à livrer un indice synthétique aux décideurs politiques en joignant aux données quantitatives des outils recouvrant des réalités qualitatives. Selon un système de pondération, l’IDH indiquait par une note (de 0 à 1) le niveau de développement d’un espace, entendu comme un processus conduisant à l’élargissement de la gamme des possibilités (ou « capabilités ») qui s’offrent à chacun, sous trois conditions essentielles : vivre longtemps et en bonne santé (espérance de vie à la naissance), acquérir un savoir (niveau de scolarisation et d’alphabétisation) et avoir accès aux ressources nécessaires pour jouir d’un niveau de vie convenable (PIB par habitant).
    L’un des participants au projet, Amartya SEN (prix Nobel d’économie en 2008), regrette la relative simplification du développement conduite par l’IDH, estimant qu’un seul chiffre ne peut résumer la complexité du concept de développement humain.

    Inégalités socio-spatiales :

    Manifestation géographique des inégalités de richesse entre différents territoires. Ces inégalités socio-spatiales se retrouvent de façon plus prononcée dans les grandes villes où coexistent des quartiers riches et des quartiers pauvres, délabrés et délaissés. Ce phénomène est en tout cas déterminé par la combinaison de plusieurs facteurs : inégalités de revenus entre les individus, variation des prix des loyers et logements, insuffisance des politiques de correction des inégalités, gentrification, processus de communautarisme social…

    Interface :

    Zone de contact qui met en relation (via des flux) deux espaces de nature différente (frontière, littoral…). L’interface suppose le passage, la circulation, le contact : une frontière totalement fermée n’est pas une interface.

    Investissement direct à l’étranger (IDE) :

    Sommes d’argent investies par des entreprises étrangères sur un territoire.

    Land-grabbing (accaparement de terres) :

    Location ou vente de terres agricoles par des pays pauvres vers de gros investisseurs plus intéressés par le profit et la rentabilité que le développement local.

    Lions africains :

    Pays émergents africains dont le poids économique et le dynamisme sont particulièrement importants. La composition de ce groupe est très variable : on y inclut généralement l’Afrique du Sud, le Nigeria et l’Égypte (soit les trois premiers PIB du continent), ainsi que le Maroc et l’Algérie et, plus récemment, le Ghana, le Kenya et l’Angola.
    Ce nom suit la lignée animalière lancée par les dragons et tigres asiatiques. Il a été proposé par plusieurs universitaires et institutions africains comme le camerounais Acha LEKE et le cabinet McKinsey de Lagos (Nigeria).

    Mégapole (megacity) :

    Il s’agit d’une métropole de très grande dimension, dont le nombre d’habitants (seuil fixé par l’ONU) est supérieur à 10 millions d’habitants. La majeure partie des mégapoles se trouvent en Asie.

    Métropole :

    Littéralement « ville-mère ». Les métropoles sont des grandes villes qui possèdent un rayonnement et un fort pouvoir de commandement en raison du fait qu’elles concentrent des fonctions économiques, politiques et de décision. La métropole anime et un système urbain plus ou moins complexe à la hiérarchisation emboîtée (domination territoriale à plusieurs échelles). Il n’y a pas de seuil reconnu à partir duquel on qualifie une ville de métropole même si le cap du million d’habitants est souvent évoqué.

    Métropolisation :

    Processus de concentration des populations, mais aussi des activités économiques, des richesses, des fonctions de commandement, dans les métropoles.

    Pays émergent :

    Pays en développement dont la croissance économique, rapide, s’appuie sur une industrialisation ciblée et une bonne intégration dans les échanges mondiaux.
    Antoine VAN AGTMAEL, économiste néerlandais à la Société financière internationale (filiale de la Banque mondiale), est le premier à utiliser l’expression « émergents » en 1981, au sujet de pays en voie de développement offrant des opportunités pour les investisseurs (« marché émergent »). Pour autant, en raison de la diversité des critères pris en compte et de la nature critiquable de tout classement exhaustive, il n’existe aucune liste « officielle » des pays émergents. Certains « émergents » des années 1990 ont « émergé pour de bon » (Hubert VEDRINE). Des sous-groupes plus ou moins officieux ont également pu être constitués : BRICS, Bébés tigres, Jaguars sud-américains, etc.

    Pays les moins avancés (PMA) :

    États cumulant tous les critères du mal-développement : faible espérance de vie, grande pauvreté, systèmes éducatifs et sanitaires déficients…
    L’ONU, qui les considère comme « le maillon le plus faible et le plus pauvre » de la communauté´ internationale, a créé cette classification (Least Developed Countries en anglais) en 1971. 21 États avaient ce statut à cette date, ils sont 47 de nos jours (dont 33 en Afrique). Les États en question peuvent accepter ou non d’être inclus dans un tel groupe (ce qui peut expliquer que des pays tels que le Zimbabwe, la Bolivie ou la Corée du Nord n’en fassent pas partie). En cas d’accord, ils bénéficient de préférences commerciales, d’aides publiques au développement, d’un allègement de la dette ou encore d’une assistance technique.

    Ressources :

    Matières premières exploitées et transformées par les sociétés humaines. On distingue des ressources renouvelables, capables de se reconstituer à l’échelle du temps des hommes (air, eau, sol, productions agricoles…) et des ressources non-renouvelables, qui ne se renouvellent pas (gaz, pétrole…).

    Sous-alimentation :

    État d’une personne qui ne parvient pas à se procurer de la nourriture en quantité suffisante pour satisfaire ses besoins énergétiques quotidiens.

    Terrorisme :

    Il n’existe pas de définition internationalement admise du « terrorisme ». On considère qu’il s’agit d’un ensemble d’actes de violence commis par une organisation pour faire naître au sein de la population un sentiment de terreur abstraite et permanente et, ainsi, faire pression sur un État, un organisme dont on cherche à démontrer l’inefficacité (dans la capacité à protéger les citoyens par exemple).
    Seulement, le terrorisme est multiforme aussi bien dans l’espace que dans le temps. L’historienne Jenny RAFLIK (Terrorisme et mondialisation. Approches historiques, 2016) considère que le terrorisme contemporain est « identitaire », le radicalisme religieux ayant remplacé les idéologies laïques des XIXe et XXe siècles (anarchisme, communisme, fascisme) pour exprimer ou justifier un rejet du monde ou d’une partie du monde (comme l’Occident). Ce type de terrorisme s’est développé dans les années 1980 avec l’ouverture des frontières et le développement des médias, relais d’un sentiment de terreur généralisé.

    Transition démographique :

    Passage d’un régime démographique traditionnel (natalité et mortalités importantes d’où un faible accroissement naturel) à un régime démographique dit « moderne » caractérisé par de faibles taux de natalité et de mortalité. Entre ces deux phases s’est opérée une transition en deux temps (dont la durée est plus ou moins rapide selon les espaces) durant laquelle la population a fortement augmenté : d’abord une réduction de la mortalité (grâce aux progrès de la médecine par exemple), puis une réduction parallèle de la natalité (sous l’effet des changements culturels, d’une percée de la contraception, de politiques publiques plus ou moins restrictives, etc.).

    Transition urbaine :

    Processus au cours duquel une population, initialement rurale, devient majoritairement urbaine.

    Zone grise :

    Territoire non contrôlé par les Etats et où se déroulent des activités illicites.

  • Démographie :

    Croissance démographique

    Croissance annuelle de la population totale (en %)

    Note : Sont ici considérés tous les habitants, quel que soit leur statut (citoyen ou non par exemple).

    Source : Division des Nations Unies pour la population, Perspectives pour la population mondiale ; Division des statistiques des Nations unies, Rapport sur la population et les statistiques de l’état civil repris par la Banque mondiale.

    Taux d’urbanisation

    Part de la population habitant en ville (en %)

    Source : ONU, Perspectives d’urbanisation du monde, repris par la Banque mondiale.

    Croissance de la population urbaine

    Croissance de la population urbaine (% annuel)

    Source : Estimations du personnel de la Banque mondiale utilisant les Perspectives des Nations Unies de l’urbanisation de la population mondiale.

    Part de la population urbaine vivant dans des bidonvilles

    Population vivant dans des bidonvilles (% de population urbaine)

    Note : Un bidonville est défini par l’ONU comme un logement qui ne remplit pas l’une ou plusieurs des conditions suivantes : accès à une eau de qualité, accès à un système d’assainissement amélioré, surface habitable suffisante et durabilité du logement.

    Source : ONU, Indicateurs des objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies, repris par la Banque mondiale.

    Part des migrants dans la population

    « Stock » international de migrants (% de la population)

    Note : Le nombre de migrants internationaux est le nombre de personnes nées dans un pays autre que celui dans lequel elles vivent. Ce nombre comprend également les réfugiés. Les données utilisées pour estimer le stock de migrants internationaux à un moment donné sont obtenues principalement à partir des recensements de population. Une part des données résulte d’estimations.

    Source : ONU, Tendances dans le stock international de Migrants (Révision 2008), repris par la Banque mondiale.

    Nombre de réfugiés

    Population de réfugiés par pays ou par territoire d’asile

    Note : Les réfugiés sont des personnes qui sont reconnues comme réfugiés en vertu de la Convention relative au statut des réfugiés de Genève (1951). Les demandeurs d’asile (personnes qui ont fait une demande d’asile ou du statut de réfugié et qui n’ont pas encore reçu une décision ou qui sont enregistrées comme demandeurs d’asile) sont exclus.

    Source : Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), repris par la Banque mondiale.


    Développement et données sociales :

    Indice de développement humain (IDH)

    Indice de développement humain (IDH)

    Source :Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

    Espérance de vie

    Espérance de vie à la naissance (années)

    Note : L’espérance de vie à la naissance indique le nombre d’années qu’un nouveau-né devrait vivre si les règles générales de mortalité au moment de sa naissance devaient rester les mêmes tout au long de sa vie.

    Source : ONU, repris par la Banque mondiale.

    Mortalité infantile

    Taux de mortalité infantile (pour 1 000 naissances vivantes)

    Note : Le taux de mortalité infantile est le nombre d’enfants qui décèdent avant d’atteindre l’âge de un an pour 1 000 naissances vivantes au cours d’une année donnée.

    Source : Niveaux et tendances en matière de mortalité maternelle et infantile. Rapport de 2011. Estimations élaborées par le Groupe inter-agences de l’ONU sur la mortalité infantile (UNICEF, OMS, Banque mondiale, Département des affaires économiques et sociales de l’ONU, PNUD), repris par la Banque mondiale.

    Nombre de médecins (perspective mondiale)

    Nombre de médecins (pour 1 000 personnes)

    Note : Les médecins comprennent les généralistes et les spécialistes de la médecine.

    Source : OMS, repris par la Banque mondiale.

    Part d’enfants non-scolarisés

    Enfants non-scolarisés (% des enfants d’âge primaire)

    Source : UNESCO, repris par la Banque mondiale.

    Accès à l’électricité

    Part de la population disposant d’un accès à l’électricité (en %)

    Source : Les données sur l’électrification sont obtenues auprès de l’industrie, d’enquêtes nationales et de sources internationales et sont reprises par la Banque mondiale.

    Abonnement à un téléphone portable

    Nombre d’abonnement(s) à la téléphonie mobile pour 100 habitants

    Source : Union internationale des télécommunications, Rapport et Base de données sur le développement des télécommunications/TIC dans le monde, repris par la Banque mondiale.

    Utilisateurs d’internet

    Utilisateurs d’internet (% de la population)

    Note : Sont ici considérés les personnes ayant eu accès, via n’importe quel support (ordinateur, téléphone mobile, TV connectée, etc.), à internet au cours des trois derniers mois.

    Source : Union internationale des télécommunications, Rapport et Base de données sur le développement des télécommunications/TIC dans le monde, repris par la Banque mondiale.

    Taux d’homicides

    Nombre d’homicides intentionnels (pour 100 000 personnes)

    Source : Base de données des statistiques internationales sur les homicides de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, repris par la Banque mondiale.

    Nombre d’articles publiés dans des revues scientifiques et techniques

    Nombre d’articles publiés dans des revues scientifiques et techniques

    Note : Les articles de journaux scientifiques et techniques font référence au nombre d’articles scientifiques et d’ingénierie publiés dans les domaines suivants : physique, biologie, chimie, mathématique, médecine clinique, recherche biomédicale, ingénierie et technologie, et sciences de la terre et de l’espace.

    Source : Indicateurs de sciences et d’ingénierie de la Fondation nationale des sciences, repris par la Banque mondiale.

    Réception de l’aide publique au développement

    Aide publique au développement nette reçue (en millions de dollars courants)

    Note : L’aide publique au développement (APD) nette désigne les décaissement de prêts consentis à des taux concessionnels (hors remboursement de capital) et les subventions des agences membres du Comité d’aide au développement (CAD), des institutions multilatérales et des pays non membres du CAD pour promouvoir le développement économique et le bien-être. Cette aide est dite « nette », certains Etats y contribuant davantage qu’ils en reçoive (données négatives dans ce cas).

    Source : Comité d’aide au développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), repris par la Banque mondiale.


    Économie :

    Croissance du PIB

    Taux de croissance annuel du PIB (en %)

    Source : Données sur les comptes nationaux de la Banque mondiale et fichiers de données sur les comptes nationaux de l’OCDE.

    PIB courant

    Produit intérieur brut (PIB) en dollars courants (en milliards de dollars)

    Note : En statistique économique, les données dites « courantes » sont des données telles qu’elles sont indiquées à une période donnée (on parle aussi de valeur nominale). Pour effectuer une comparaison historique, il est conseillé d’utiliser des données « constantes » (« réelles »), c’est-à-dire corrigées de la hausse des prix par rapport à une donnée de base ou de référence. Pour effectuer une comparaison géographique, il est conseillé d’utiliser des données en parité pouvoir d’achat (PPA), lesquelles permettent de compenser les différentiels de coût de la vie entre pays.

    Source : Données sur les comptes nationaux de la Banque mondiale et fichiers de données sur les comptes nationaux de l’OCDE.

    PIB courant en PPA

    Produit intérieur brut (PIB) en dollars courants (en milliards de dollars) et parité pouvoir d’achat

    Note : En statistique économique, les données dites « courantes » sont des données telles qu’elles sont indiquées à une période donnée (on parle aussi de valeur nominale). Pour effectuer une comparaison historique, il est conseillé d’utiliser des données « constantes » (« réelles »), c’est-à-dire corrigées de la hausse des prix par rapport à une donnée de base ou de référence. Pour effectuer une comparaison géographique, il est conseillé d’utiliser des données en parité pouvoir d’achat (PPA), lesquelles permettent de compenser les différentiels de coût de la vie entre pays.

    Source : Données sur les comptes nationaux de la Banque mondiale et fichiers de données sur les comptes nationaux de l’OCDE.

    PIB (PPA) par habitant

    Produit intérieur brut (PIB) par habitant en dollars courants et parité pouvoir d’achat

    Note : En statistique économique, les données dites « courantes » sont des données telles qu’elles sont indiquées à une période donnée (on parle aussi de valeur nominale). Pour effectuer une comparaison historique, il est conseillé d’utiliser des données « constantes » (« réelles »), c’est-à-dire corrigées de la hausse des prix par rapport à une donnée de base ou de référence. Pour effectuer une comparaison géographique, il est conseillé d’utiliser des données en parité pouvoir d’achat (PPA), lesquelles permettent de compenser les différentiels de coût de la vie entre pays.

    Source : Base de données du programme international de comparaison de la Banque mondiale.

    Inflation

    Croissance annuelle des prix à la consommation (en %)

    Note : L’inflation correspond à l’augmentation des prix mesurée par l’indice des prix à la consommation. Celui-ci s’appuie sur le coût d’un panier de biens et services acheté par le consommateur moyen. La composition de ce panier peut évoluer d’une année sur l’autre, selon la méthodologie des instituts statistiques.

    Source : Données du FMI, reprises par la Banque mondiale.

    Exportations de biens et de services

    Exportations de biens et de services (en milliards de dollars courants)

    Source : Données des comptes nationaux de la Banque mondiale et fichiers de données des comptes nationaux de l’OCDE, reprises par la Banque mondiale.

    Exportations de biens et de services (% du PIB)

    Exportations de biens et de services (% du PIB courant)

    Source : Données des comptes nationaux de la Banque mondiale et fichiers de données des comptes nationaux de l’OCDE, reprises par la Banque mondiale.

    Exportations de marchandises

    Exportations de marchandises (en milliards de dollars courants)

    Source : OMC, repris par la Banque mondiale.

    IDE entrants

    Investissements étrangers directs, entrées nettes (en millions de dollars)

    Note : Ce tableau montre les flux entrants nets (flux nets d’investissement moins les désinvestissements) des investisseurs étrangers dans l’économie du pays considéré.

    Source : Base de données sur la balance des paiements du Fonds monétaire international (FMI), complétées par les données de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement et des sources officielles nationales, repris par la Banque mondiale.

    Taux de chômage

    Taux de chômage d’après le modèle de l’OIT (en % de la population)

    Note : Le chômage fait référence à la part de la population active qui est sans emploi mais qui est disponible pour travailler qui recherche activement un emploi. Les définitions variant d’un pays à l’autre, les données proposées ici sont issues des modélisations de l’Organisation internationale du travail (OIT).

    Source : Organisation internationale du travail (ILOSTAT), repris par la Banque mondiale.

    Emplois dans l’agriculture

    Emplois dans l’agriculture (% du total des emplois)

    Source : Organisation internationale du travail (ILOSTAT), repris par la Banque mondiale.

    Emplois dans l’industrie

    Emplois dans l’industrie (% du total des emplois)

    Source : Organisation internationale du travail (ILOSTAT), repris par la Banque mondiale.

    Emplois dans le tertiaire

    Emplois dans les services (% du total des emplois)

    Source : Organisation internationale du travail (ILOSTAT), repris par la Banque mondiale.

    Données sur le tourisme

    Note : Les touristes internationaux entrants (visiteurs de passage) représentent le nombre de touristes qui voyagent dans un pays autre que leur pays de résidence habituelle, à l’extérieur de leur environnement habituel, pour une période n’excédant pas 12 mois et dont le but principal de leur voyage est autre qu’une activité rémunérée à l’intérieur du pays visité. Les données sur les touristes entrants se réfèrent au nombre d’arrivées, et non pas au nombre de personnes voyageant : ainsi, une personne qui fait plusieurs voyages dans un pays pendant une période donnée est comptée à chaque fois comme une nouvelle arrivée.

    Source : Annuaire des statistiques sur le tourisme, recueil de statistiques et fichiers de données de l’Organisation mondiale du tourisme, repris par la Banque mondiale.


    Politique, structures et territoire :

    Dépenses en éducation

    Dépenses publiques en éducation (% du PIB)

    Note : Les dépenses publiques d’éducation sont les dépenses publiques courantes au titre de l’éducation et comprennent les dépenses publiques relatives aux établissements d’enseignement (publics et privés) et à l’administration de l’éducation ainsi que les subventions à des entités privées (étudiants/ménages et autres entités privées).

    Source : UNESCO, repris par la Banque mondiale.

    Dépenses en R&D

    Dépenses en recherche et développement (% du PIB)

    Note : La recherche et le développement (R&D) regroupent la recherche de base, la recherche appliquée et le développement expérimental.

    Source : UNESCO, repris par la Banque mondiale.

    Dépenses militaires

    Part des dépenses militaires dans le PIB (en %)

    Source : Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), repris par la Banque mondiale.

    Terres agricoles et arables

    Terres agricoles et arables en 2015 (en % du territoire)

    Note : Les terres agricoles désignent la part du territoire qui est arable et qui est cultivée ou en pâturage de manière permanente. Les terres arables comprennent les terres définies par la FAO comme étant des cultures temporaires (les terres à deux cultures ne sont comptées qu’une fois), les prés temporaires pour le fauchage ou pour le pâturage, les terres foncières ou les potagers, et les terres temporairement en jachère. Les terres abandonnées en raison d’une culture itinérante sont exclues de ce calcul.

    Source : FAO, repris par la Banque mondiale.

    Lignes de chemin de fer

    Lignes de chemin de fer (routes totales en km)

    Note : Les lignes de chemin de fer désignent la longueur des lignes de chemin de fer disponibles pour assurer le service ferroviaire, peu importe le nombre de voies parallèles.

    Source : Banque mondiale.

  • Le contrôle des réseaux de communication, un enjeu pour les dirigeants africains

    Joan TILOUINE, "Couper Internet, la nouvelle tentation des régimes africains", Le Monde Afrique, 2 janvier 2019. Le 31 décembre 2018, lendemain d'un scrutin présidentiel (organisé avec deux ans de retard...), le président sortant de la République démocratique du Congo (RDC), ...
    Lire la suite

    En Angola, une appli pour se faire livrer des animaux vivants

    "Angola’s go-to app for delivering live goats to your door", The Economist, 6 décembre 2018. L'Afrique est un continent en plein développement qui connaît une urbanisation rapide, une croissance soutenue (même si elle est inégale) et un développement des classes ...
    Lire la suite

    Netflix investit l’Afrique

    "VoD - « Queen Sono » : cette série « made in Africa » que Netflix va produire", Le Point Afrique, 19 décembre 2018. La plateforme de vidéos à la demande (VOD) américaine Netflix a été lancée en décembre 2015 ...
    Lire la suite
  • "Peter WAN a le sourire jusqu’aux oreilles. Le quinquagénaire avance gaiement dans de grands hangars, où des dizaines d’ouvriers éthiopiens s’affairent près de machines à filer et à colorer du fil. « Nous en sommes au stade des essais de production », ...
    Lire la suite
    « [L’Afrique] peut se targuer d’avoir attiré un montant record d’investissements directs étrangers (IDE), ces derniers représentant 60 milliards de dollars, soit cinq fois plus qu’en 2000. L’investissement direct étranger en provenance de Chine a par exemple augmenté de 3,5 ...
    Lire la suite
    Situation socio-économique du Ghana pour le Ministère des Affaires étrangères du Canada en 2015. Ce document est une fiche technique parmi d'autres destinée à présenter la situation socio-économique de pays avec lesquels le Canada commerce ; elle vise les investisseurs ...
    Lire la suite
    Sacrée terre du XXIe siècle par Jean-Joseph BOILLOT dans Chindiafrique. La Chine, l’Inde et l’Afrique feront le monde de demain (2013), le continent est plutôt ici considéré comme la terre des défis insurmontés (mais pas insurmontables) par Sylvie BRUNEL (qui ...
    Lire la suite
    "La présence de Renault au Maroc ne date pas d’hier. À Casablanca, le fabricant français possède déjà avec la Somaca un site d’assemblage dont il contrôle 81 % du capital. Les marques Renault et Dacia sont leaders au Maroc. Elles totalisent ...
    Lire la suite
  • TOUT VOIR

    Les outils du soft power chinois en Afrique

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 304.

    Une multitude d’organisations régionales en Afrique

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 19

    Trente ans de famines et de conflits en Somalie

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 33

    Régimes politiques et longévité au pouvoir en Afrique en 2017

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 45

    Ports et corridors de transport en Afrique

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 55

    Les immigrants en Afrique en 2015

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 29

    Le découpage régional de l’Afrique d’après l’ONU

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 3

    La Turquie en Afrique

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 23

    Géographie des inégalités socio-spatiales à Johannesburg

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 59

    Des concessions minières internationales au Niger

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 51

    Loading...

    L’AFRIQUE

    Les outils du soft power chinois en Afrique

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 304.

    Une multitude d’organisations régionales en Afrique

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 19

    Régimes politiques et longévité au pouvoir en Afrique en 2017

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 45

    Ports et corridors de transport en Afrique

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 55

    Les immigrants en Afrique en 2015

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 29

    Le découpage régional de l’Afrique d’après l’ONU

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 3

    La Turquie en Afrique

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 23

    Le détroit d’Ormuz, un seuil stratégique et disputé


    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 143.

    Les 500 premières FTN dans le monde en 2015


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 87.

    Ressources en Afrique et investissements étrangers (2015)


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 221.

    L’urbanisation de l’Afrique (2015)


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 236.

    Les religions en Afrique


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 239.

    Les enjeux environnementaux en Afrique


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 230.

    Les défis du développement et de la croissance urbaine en Afrique


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 220.

    L’Afrique dans la mondialisation (2016)


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 231.

    La sous-alimentation en Afrique (2015)


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 227.

    La croissance économique de l’Afrique subsaharienne (2014-2015)


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 254.

    Les ressources en Afrique

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 224.

    Les partenaires commerciaux de l’Afrique (2014)

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 224.

    Les conflits en Afrique (2016)

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 224.

    Le recul de la faim en Afrique (2016)

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 240.

    Le Brésil en Afrique (2011-2015)

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 236.

    Peuplement et flux migratoires en Afrique (2015)

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 225.

    Croissance démographique et croissance économique en Afrique (2015 ; 2050)

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 260.

    LE SAHARA

    Les nappes phréatiques du Sahara


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 215.

    Ressources et infrastructures au Sahara


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 215.

    Frontières et conflits au Sahara (2014)


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 216.

    Les tensions liées aux ressources du Sahara (2016)

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 230.

    Les conflits au Sahara (2016)

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 231.

    Le Sahara, un espace traversé par de nombreux flux (2016)

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 228.

    Le Sahara, un espace de ressources

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 227.

    Caractéristiques physiques et humaines du Sahara

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 226.

    AUTRES ECHELLES

    Trente ans de famines et de conflits en Somalie

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 33

    Géographie des inégalités socio-spatiales à Johannesburg

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 59

    Des concessions minières internationales au Niger

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 51

    Le canal de Suez en 2015, un seuil stratégique


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 135.

    Le trafic de corne de rhinocéros


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 235.

    La République centrafricaine, un État enclavé


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 239.


  • Une illustration des transformations de l’Afrique (Durban)

    Un jeune couple se photographie lors de la Gay Pride de Durban (Afrique du Sud) en juillet 2016

    L’itinéraire productif des roses du Kenya

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 49

    Photographie des inégalités socio-spatiales à Johannesburg

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 63

    Où se dirigent les migrants africains en 2015 ?

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 29

    L’émergence des classes moyennes en Afrique

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 27

    Le poids inégal des États et des continents au sein du FMI

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 21

    Classement de la corruption en Afrique subsaharienne en 2016

    Documentation photographique n°8121, janvier 2018, p. 45

    Internet et économie parallèle en Guinée


    Vendeurs de rue installés le long de la route menant à l’usine d’extraction de bauxite à Kamsar (Guinée), 24 octobre 2008 (photographie de Georges GOBET pour l’AFP)

    Le commerce informel, une source de revenus essentielle (Madagascar)


    Épicerie près d’une voie ferrée à Fianarantsoa en 2014 (crédits : Juliette Robert/Haytham-Réa)

    Le FMI vu comme un prédateur (caricature de PLANTU)


    Caricature de PLANTU publiée dans le journal Le Monde en 1996.

    Les échanges commerciaux de l’Afrique (2000-2015)


    Géographie Term L-ES-S, Nathan, coll. E. JANIN, 2016, p. 250.

    Les dépenses militaires dans le monde (2004-2013)

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 243.

    L’enjeu minier et énergétique de l’Afrique (2014)

    Géographie Term L, ES, S, Belin, coll. S. BOURGEAT, C. BRAS, 2016, p. 236.

  • TOUT VOIR

    Antiterrorisme au Sahel : une guerre sans fin (13 mai 2019)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 13 mai 2019

    Madagascar : à la découverte du premier caviar africain (29 décembre 2018)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 29 décembre 2018

    Des Afro-américains de retour en Afrique (avril 2019)

    Journal de 20h de France 2, 4 avril 2019

    La Chinafrique, éclairage historique et géographique (Le Monde, février 2019)

    Vidéo ajoutée le 22 février 2019 (série « Mappemonde » du Monde.fr)

    Le trajet des roses du Kenya (film promotionnel, 2016)

    Film promotionnel de Panalpina, une entreprise suisse de logistique et de transports internationaux (fret aérien), publié février 2016 (dans le cadre de la Saint-Valentin). Le groupe affirme transporter chaque semaine 1 500 tonnes de fleurs coupées du Kenya vers l’Europe.

    Angola, pays riche, peuple pauvre (Arte, 2018)

    Documentaire réalisé en 2018 (Arte)

    DOCUMENTAIRES

    La Chinafrique, éclairage historique et géographique (Le Monde, février 2019)

    Vidéo ajoutée le 22 février 2019 (série « Mappemonde » du Monde.fr)

    Angola, pays riche, peuple pauvre (Arte, 2018)

    Documentaire réalisé en 2018 (Arte)

    INTERVIEWS

    Aucune publication trouvée.

    PRODUCTION WEB

    La Chinafrique, éclairage historique et géographique (Le Monde, février 2019)

    Vidéo ajoutée le 22 février 2019 (série « Mappemonde » du Monde.fr)

    Le trajet des roses du Kenya (film promotionnel, 2016)

    Film promotionnel de Panalpina, une entreprise suisse de logistique et de transports internationaux (fret aérien), publié février 2016 (dans le cadre de la Saint-Valentin). Le groupe affirme transporter chaque semaine 1 500 tonnes de fleurs coupées du Kenya vers l’Europe.

    REPORTAGES TV

    Antiterrorisme au Sahel : une guerre sans fin (13 mai 2019)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 13 mai 2019

    Madagascar : à la découverte du premier caviar africain (29 décembre 2018)

    Journal télévisé de 20h, France 2, 29 décembre 2018

    Des Afro-américains de retour en Afrique (avril 2019)

    Journal de 20h de France 2, 4 avril 2019



  • DOC. PHOTO ET TDC

    • « L’Afrique dans la mondialisation » (Sylvie BRUNEL), Documentation photographique, n°8048, 2009.
    • « Afrique du Sud, entre héritages et émergences » (Philippe GERVAIS-LAMBONY), Documentation photographique, n°8088, 2009.
    • « Le Sahara, un désert mondialisé » (Bruno LECOQUIERRE), Documentation photographique, n°8106, juillet-août 2015.
    • « L’Afrique subsaharienne » (Jean-Fabien STECK), Documentation photographique, n°8121, janvier-février 2018.

    OUTILS DE TRAVAIL

    • Alain DUBRESSON, Géraud MAGRIN, Olivier NINOT, Atlas de l’Afrique. Un continent émergent ?, Autrement, 2018, 2e édition, 96 p.
    • Mathieu GUIDERE, Atlas du terrorisme islamiste. D’Al-Qaida à Daech, Autrement, 2017, 98 p.
    • OCDE, Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, Un Atlas du Sahara-Sahel. Géographie, économie et insécurité, OCDE, 2014, 254 p.
    • Jean-Robert PITTE (dir.), Atlas de l’Afrique, Editions du Jaguar, 2015, 5e édition, 256 p.

    OUVRAGES GÉNÉRAUX

    • Sylvie BRUNEL, L’Afrique, un continent en réserve de développement, Bréal, coll. « Amphi », 2004, 235 p.
    • « L’Afrique dans la mondialisation » (Sylvie BRUNEL), Documentation photographique, n°8048, 2009.
    • Sylvie BRUNEL, L’Afrique est-elle si bien partie ?, Sciences humaines, 2014, 192 p.
    • Catherine COQUERY-VIDROVITCH, Petite histoire de l’Afrique, La Découverte, 2011, 222 p.
    • Georges COURADE, Les Afriques au défi du XXIe siècle, Belin, coll. « Mappemonde », 2014, 300 p.
    • Michel FOUCHER, Frontières d’Afrique. Pour en finir avec un mythe, CNRS Editions, coll. « Débats », 2014, 64 p.
    • Philippe HUGON, Géopolitique de l’Afrique, Armand Colin, 2016, 158 p.
    • L’Afrique plurielle : paradoxes et ambitions, Actes du Festival international de géographie (FIG), 2011.
    • Géraud MAGRIN, Voyage en Afrique rentière. Une lecture géographique des trajectoires du développement, Publications de la Sorbonne, 2013, 424 p.
    • Anne VOLVEY (dir.), L’Afrique, Atlande, 2004, 300 p.

    L’AFRIQUE DU NORD

    • Armelle CHOPLIN, Nora MARE, Olivier PLIEZ (dir.), L’Afrique du Sahel et du Sahara à la Méditerranée, Atlande, 2017, 300 p.
    • Brigitte DUMORTIER (dir.), L’Afrique : du Sahel et du Sahara à la Méditerranée, Armand Colin, 2017, 288 p.
    • Jean-François TROIN (dir), Le Grand Maghreb : Algérie, Libye, Maroc, Tunisie, mondialisation et construction des territoires, Armand Colin, coll. « U Géographie », 2006, 383 p.

    LE SAHARA

    • Amadou BOUREIMA, Dambo LAWALI, Sahel entre crises et espoirs, L’Harmattan, 2014, 362 p.
    • Armelle CHOPLIN, Olivier PLIEZ, « Un Sahara, des Sahara-s. Lumières sur un espace déclaré « zone grise » », Géoconfluences, 2013.
    • « Le Sahara, un désert mondialisé » (Bruno LECOQUIERRE), Documentation photographique, n°8106, juillet-août 2015.

    L’AFRIQUE SUBSAHARIENNE

    • Alain DUBRESSON, Sophie MOREAU, Jean-Pierre RAISON, Jean-Fabien STECK, L’Afrique subsaharienne. Une géographie du changement, Armand Colin, 2011, 3e édition, 272 p.
    • Roland POURTIER, Afriques noires. Héritages et mutations, Hachette, coll. « Carré Géographie », 2014, 3e édition, 288 p.
    • « L’Afrique subsaharienne » (Jean-Fabien STECK), Documentation photographique, n°8121, janvier-février 2018.

    L’AFRIQUE DU SUD ET L’AFRIQUE AUSTRALE

    • « Afrique du Sud, entre héritages et émergences » (Philippe GERVAIS-LAMBONY), Documentation photographique, n°8088, 2009.
    • Philippe GERVAIS-LAMBONY, L’Afrique du Sud et les Etats voisins, Armand Colin, coll. « U Géographie », 2013, 272 p.